Année 2002


Gouvernement suit de près un différend entre Belgonucléaire et Cogéma

Agence BELGA, 25 juin 2002

[Mise en ligne le 05/07/2002]

BRUXELLES 25/06 (BELGA) - Le gouvernement fédéral s'intéresse de près à un différend qui oppose la SA Belgonucléaire au leader mondial du cycle des matières fissiles, le français Cogema. Ce dernier entend dénoncer un contrat le liant à Belgonucléaire, justifiant sa décision par l'évolution sur le marché, et refuse de payer les factures qui lui ont été envoyées. Le dossier pourrait avoir des conséquences dès 2004 pour les 250 personnes travaillant à l'usine de la Belgonuclaire à Dessel. Au conseil d'administration de la société belge, on craint que le gouvernement français ne s'en mêle et fasse pression. Le gouvernement belge suit le dossier et le secrétaire d'Etat à l'Energie, Olivier Deleuze, a communiqué une première note au Conseil des ministres le 14 juin dernier. Cette note se base essentiellement sur des informations confidentielles transmises par le vice-président du conseil d'administration de Belgonucléaire. Il en ressort que la Cogéma estime qu'un contrat passé en 1995 avec Belgonucléaire sur "la location irrévocable de la capacité de production de MOX (Mixed OXide) pour une période de trois années - de 2004 à 2006 - à un prix fixe" est trop cher et trop long. Etant donné l'évolution du marché, dans un contexte de démantèlement à terme des centrales nucléaires en Belgique, la Cogéma craint de ne plus trouver de clients. La société française est en effet le plus grand fournisseur au monde de Mox, pour des centrales nucléaires situées essentiellement en Europe et au Japon, et Belgonucléaire produit du MOX pour Cogéma. Le Conseil d'administration de la société belge a décidé le 10 juin dernier d'entamer une procédure d'arbitrage dans le cadre du différend qui l'oppose à Cogéma. Belgonucléaire dépend à 50 pc des autorités fédérales, les 50 pc restants étant répartis entre Tractebel et Electrabel.

Retour au sommaire