Année 2002


La Russie ne retraite plus ses déchets nucléaires (responsable)

La Recherche - AFP, Moscou, 26 novembre 2002

[Mise en ligne le 28/11/2002]

La Russie ne retraite plus ses déchets nucléaires, alors que 400 tonnes de ces déchets se sont accumulées dans l'unique usine de retraitement russe Maïak (Oural), a affirmé le chef de la sécurité nucléaire (GosAtomNadzor) Iouri Vichnievski, dans une interview publiée mardi.

"Nous avons 400 tonnes (de combustible nucléaire usagé) à Maïak, mais nous n'avons pas retraité une seule tonne depuis deux ans", a affirmé M. Vichnievski, cité par le quotidien Gazeta, estimant que le retraitement coûte trop cher et qu'il est difficile de revendre le combustible récupéré après le retraitement.

Il faut "des milliers de dollars" pour récupérer un kilo de plutonium, en retraitant du combustible nucléaire usagé, et "un chef d'entreprise normal qui sait compter l'argent n'achètera pas" ce combustible qui lui coûtera "dix fois plus cher" que le combustible neuf, a-t-il assuré.

Le combustible nucléaire usagé "ne peut être retraité qu'une seule fois", a par ailleurs souligné M. Vichnievski.

Pour les mêmes raisons, une deuxième usine de retraitement, RT-2, à Krasnoïarsk (Sibérie) dont la construction a été suspendue il y a quelques années faute d'argent "ne sera jamais construite", a encore affirmé M. Vichnievski.

"Nous n'allons jamais retraiter du combustible nucléaire. Nous n'en avons pas besoin", a conclu le responsable.

Le parlement russe a adopté l'an dernier des amendements à la loi sur la protection de l'environnement qui autorisent l'importation de déchets nucléaires étrangers en Russie pour le stockage et le retraitement. Les écologistes ont dénoncé cette décision qui risque, selon eux, de transformer le pays en une "poubelle nucléaire" mondiale.

La Russie continue par ailleurs à importer des déchets nucléaires provenant de pays de l'ancien bloc soviétique.

© 2002 AFP

Retour au sommaire