Année 1998


L'IPPNW - Prix Nobel de la Paix 1985 - demande l'arrêt du retraitement ainsi que l'arrêt des centrales nucléaires, au plus tard à la fin de leurs autorisations de fonctionnement

Traduction WISE-Paris, le 14 décembre 1998

[Mise en ligne le 14/12/1998]

Le Conseil International de l'IPPNW (International Physicians for the Prevention of Nuclear War, Prix Nobel de la Paix en 1985) a adopté le 8 décembre 1998 à Melbourne, lors de son 13ème congrès mondial, une résolution sur les risques de l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire.
Cette résolution - "Armes nucléaires et énergie nucléaire - les liens" - marque un virage sans précédent de la position de cette fédération, qui jusqu'à présent ne s'occupait que des aspects militaires du nucléaire, et ne se positionnait pas quant à son utilisation civile pour la production d'énergie.
Cette résolution demande entre autre l'arrêt du retraitement, commercial comme militaire, l'arrêt des centrales nucléaires actuellement en service au plus tard à la fin de leurs autorisations actuelles de fonctionnement, et la non utilisation de combustibles au plutonium (MOX) dans les centrales nucléaires.
La résolution, élaborée et présentée par des membres allemands et suisses, a été adoptée à 18 voix contre 7, et 2 abstentions.


"Armes nucléaires et énergie nucléaire - les liens"

Gardant à l'esprit que :

1. L'acquisition de matières nucléaires utilisables à des fins militaires est l'étape la plus difficile dans la fabrication d'armes nucléaires et l'obstacle le plus important à la prolifération.

2. Le retraitement industriel produit du plutonium qui peut être utilisé pour la fabrication d'armes nucléaires.

3. La mise en place d'une infrastructure technique et du plutonium (et/ou d'uranium-233) est inévitablement associé au recours à l'énergie nucléaire, des importants surplus de plutonium industriel utilisable à des fins militaires ont par conséquent été produits.

4. L'énergie nucléaire rend la prolifération plus probable et la vérification plus difficile.

5. Tous les modèles de réacteur nucléaire sont vulnérables face aux accidents et peuvent être pris pour cibles, par exemple en cas de guerre conventionnelle ou d'attaque terroriste, créant ainsi un risque inacceptable pour la santé et l'environnement.

6. Le cycle du combustible industriel crée des risques sanitaires pour de nombreuses générations, de façon comparable à la production d'armes nucléaires.

7. Il existe des moyens beaucoup plus satisfaisants, d'un point de vue économique et sanitaire, pour répondre à la demande d'énergie, que le recours au nucléaire.

8 - A moins que les pays industrialisés occidentaux prennent un engagement ferme pour la sortie du nucléaire, les autres pays ont peu de chance d'y renoncer.


Il est décidé que l'IPPNW va ¤uvrer pour les objectifs suivants :


1. Le retraitement, civil comme militaire, doit être arrêté

2 . Aucun nouveau réacteur ne doit être construit ou commandé, dans aucun pays, et les centrales nucléaires existantes doivent être arrêtées au plus tard à la fin de leur autorisation actuelle de fonctionnement.

3. Le plutonium séparé, provenant de source civile comme militaire, ne doit pas être utilisé dans des réacteurs pour produire de l'électricité.

4. L'immobilisation du plutonium doit servir à mettre sous une forme non utilisable pour la fabrication d'armes nucléaires tout le plutonium séparé, militaire et civil.

5. Les ressources financières, scientifiques et technologiques de la société doivent être utilisées pour répondre à la demande d'énergie d'une façon plus efficace et moins dangereuse que le nucléaire.

Les premières étapes à mettre en ¤uvre devraient inclure :


- Informer tous les membres de l'IPPNW sur les liens existants entre l'énergie nucléaire et les armes nucléaires;

- Dans la conjoncture décisive actuelle, créer un projet de travail en collaboration avec d'autres groupes pour l'arrêt de toutes les formes de retraitement, militaire et civil.

- Créer un projet pour analyser les implications sanitaires de l'utilisation du nucléaire comme source d'énergie.

Retour au sommaire