Premier trimestre 2000


Le gouvernement belge remet en question le contrôle-qualité des déchets du retraitement à La Hague

WISE-Paris, le 4 Mars 2000

[Mise en ligne le 04/03/2000]

Le communiqué de presse publié le 3 mars 2000 par le Secrétaire d'Etat à l'Energie belge, Olivier Deleuze, met implicitement en question la garantie du contrôle-qualité des colis de déchets produits dans les installations de l'usine de retraitement de La Hague.

Selon le communiqué, le jour même, le Conseil des Ministres a demandé au Secrétaire d'Etat d'informer la compagnie belge SYNATOM, que bien que " le gouvernement marque son accord sur la réception du premier des quinze colis de déchets radioactifs vitrifiés actuellement à La Hague (France) ", il stipule que " cette réception n'engage pas le gouvernement pour la réception des colis suivants ". SYNATOM est chargé par les compagnies d'électricité belges de l'exécution des contrats de retraitement avec la COGEMA.

La décision du Conseil des Ministres définit les critères de réception des déchets.

" Le gouvernement organisera le contrôle de ces déchets sous deux aspects :

- Vérification de la conformité du colis à réceptionner avec les critères d 'acceptation établis par l'ONDRAF  (analyse non destructive) ;
- Un contrôle physique informant de la durée de vie des différents composés utilisés (qualité de la vitrification, période de refroidissement, dose de neutrons émise pendant la phase d'évacuation...) - (analyse destructive sur échantillon).

Ce ne sera qu'à l'issue de ces contrôles que le reste de la réception des colis suivants sera envisagée."

Le gouvernement belge table sur le retour en sept ans de quinze colis, les ch‰teaux de transport, contenant chacun 28 conteneurs de déchets vitrifiés. Cependant, la question des autres catégories - déchets de moyenne activité comme les bitumes ou les déchets de faible ou moyenne activité cimentés - n'est pas résolue.

La décision du gouvernement belge soulève la question du contrôle-qualité pour des déchets dont la demi-vie est très longue. à ce que l'on sait, un seul échantillon de déchets vitrifiés a subi un contrôle destructif, sur un total de plusieurs milliers de conteneurs produits. Dans le contexte du scandale du contrôle-qualité qui secoue actuellement la compagnie britannique BNFL, cette limitation de l'échantillonnage pose la question de l'acceptabilité. Cette pratique paraît d'autant moins acceptable si l'on prend en compte les conséquences potentielles sur le long terme d'éventuels défauts de fabrication des conteneurs, de verres de mauvaise qualité, d'inventaires de radioactivité supérieurs aux spécifications ou autres écarts éventuels par rapport aux spécifications techniques admises.

L'usine COGEMA de La Hague compte aussi parmi ses clients qui sont appelés à recevoir un jour ou l'autre des déchets du retraitement, des compagnies allemandes, japonaises, néerlandaises, suisses, et plus récemment australiennes.
Quel sera le prochain à suivre l'exemple belge ?

Retour au sommaire