Quatrième trimestre 2002


Whisteblower Vanunu : son audience pour une libération conditionnelle est ajournée pour la seconde fois

WISE-Paris, le 1 décembre 2002

[Mise en ligne le 02/12/2002]

Mordechai Vanunu, « whisteblower » israélien, condamné à 18 ans d’emprisonnement en 1988, et qui devait être entendu le 29 Octobre 2002 pour une libération conditionnelle, a vu son audience reportée une seconde fois le 24 novembre dernier. Après trois heures d’argumentaire, après que les autorités israéliennes aient affirmé au matin de l’audience que Mordechai ne pouvait pas être libéré sur parole car il détiendrait encore des informations à caractère sensible, l’audience a été reportée au 31 décembre 2002. Les représentants de la campagne pour la libération de Vanunu estiment que « le kidnapping de Mordechai Vanunu pourrait être un des points secrets à caractère sensible ». (1)

Vanunu a passé 16 ans en détention. Il a travaillé comme technicien sur le site nucléaire de Dimona, en Israël, de 1976 à 1985. En 1986, il a décidé de révéler au monde entier des informations sur l’étendue du programme d’armement nucléaire israélien, par le biais du quotidien londonien, Sunday Times. Le 30 Septembre 1986, quelques jours seulement avant que le Sunday Times ne publie ses révélations, Vanunu a été kidnappé à Rome par des agents Israéliens et renvoyé en Israël pour y être condamné à huis clos à 18 ans d’emprisonnement. Son jugement et ses conditions d’emprisonnement ont été et sont encore condamnées par nombre d’institutions politiques et des associations locales et internationales. (2)


Notes :

  1. Campaign to Free Vanunu and for a Nuclear Free Middle-East, http://www.vanunu.freeserve.co.uk
  2. Lire notre article : “ Le « whistleblower » nucléaire Mordechai Vanunu doit être entendu pour une libération conditionnelle après 16 ans d’emprisonnement
    http://www.wise-paris.org/francais/nosbreves/annee_2002/nosbreves021018d.html

Retour au sommaire