Le Ministère de l'environnement allemand met les électriciens en garde contre "l'aventure EPR" proposée par EDF

WISE-Paris, le 6 novembre 2003

[Mise en ligne le 06/11/2003]

Dans le cadre du débat autour de la construction de l'EPR, le BMU, ministère allemand de l'Environnement, de la Protection de la nature et de la Sécurité des réacteurs, s'est fermement prononcé contre l'EPR qu'il qualifie de « tentative vaine de l'industrie nucléaire européenne de vendre comme "technologie d'avenir" () [un moyen de production] dépassé  historiquement ». Il a en outre lancé un avertissement cinglant aux entreprises allemandes qui seraient tentées par l'aventure à l'étranger « Le gouvernement fédéral ne peut empêcher des entreprises allemandes de participer à l'étranger à l'aventure EPR. Mais elles devront supporter seules - et en particulier leurs actionnaires - les risques économiques et la perte de crédibilité qui pourrait en découler au niveau de l'opinion publique allemande. »


BMU - Ministère Fédéral de l'Environnement, de la Protection de la nature et de la Sûreté des réacteurs
Communiqué de Presse N° 202/03
Berlin, le 04.11.2003


Même avec l'EPR, le nucléaire est un modèle dépassé
(traduction WISE-Paris)

Déclaration du porte-parole du BMU, Michael Schroeren sur la construction de l'EPR (European Pressurized Reactor) :

Le réacteur européen à eau sous pression - appelé EPR - est une tentative vaine de l'industrie nucléaire européenne de vendre comme "technologie d'avenir" un moyen de production d'énergie inefficace avec niveau de risque élevé, et donc dépassé historiquement.

L'offensive publicitaire pro-EPR n'y change rien :

1. L'énergie nucléaire est à l'échelle européenne un modèle dépassé  :  Parmi les grands pays de l'UE, la France est le seul pays qui continue à envisager la construction de nouvelles centrales nucléaires. L'Italie est sortie du nucléaire, en Espagne, il n'y a aucun nouveau réacteur en projet, et même la nouvelle politique énergétique de la Grande-Bretagne ne prévoit pas de nouvelles centrales. Avec sa sortie du nucléaire, l'Allemagne se retrouve ainsi en bonne compagnie.

2. L'EPR est un type de réacteur habituel, avec les problèmes bien connus de la production d'électricité nucléaire : l'EPR aussi comporte des risques d'exploitation dont on ne peut prendre la responsabilité. L'EPR aussi amplifie le problème des déchets radioactifs, nulle part résolu. L'EPR aussi pose un risque de prolifération. L'EPR aussi a un niveau d'efficacité comparativement faible, qui le place loin derrière les centrales électriques à haut rendement.

3. Il apparaît comme plus que douteux que l'EPR soit compétitif dans un marché européen de l'électricité libéralisé.

4. Le gouvernement fédéral ne peut empêcher des entreprises allemandes de participer à l'étranger à l'aventure EPR. Mais elles devront supporter seules - et en particulier leurs actionnaires - les risques économiques et la perte de crédibilité qui pourrait en découler au niveau de l'opinion publique allemande.

Document original : Atomkraft ist auch mit EPR ein Auslaufmodell
BMU, Pressemitteilung Nr. 202/03 - Berlin, 04.11.2003
http://www.bmu.de/de/800/js/presse/2003/pm202/


Pour en savoir plus :

Retour