Spécial Transport - Investigation Plutonium n° 6-7
 

Mai Juin 1998                                      Editorial

Dissimulations nucléaires

Il y a deux scandales, tous deux sans précédents. Le premier réside dans le fait que pendant 15 ans, en France, Allemagne, Suisse et Royaume-Uni au moins l'industrie nucléaire - centrales, transporteurs, usines de plutonium et instituts de sûreté - s'est débrouillée pour cacher des infractions permanentes aux réglementations internationales concernant les transports de combustible irradié, alors que les mesures de contamination atteignaient plusieurs milliers de fois les limites autorisées. Ceci est pour le moins étonnant quand on sait que les recommandations sur lesquelles se basent ces réglementations ont été établies par la très pro-nucléaire Agence Internationale de l'Energie Atomique de Vienne. Le deuxième scandale, c'est que l'autorité de sûreté française, la DSIN, qui avait connaissance du problème depuis l'automne 1997, s'est mise d'accord avec les représentants de l'industrie nucléaire pour adopter la terminologie de "problème de propreté" et s'est tue jusqu'à ce qu'une enquête journalistique menace de faire exploser l'affaire. L'autorité de sûreté n'avait informé ni ses ministres de tutelle, ni ses homologues étrangers, sans parler du public. Pire, lorsque l'affaire éclate, elle s'affiche comme l'agence de contrôle de l'Etat efficace qui finalement arrive pour faire le ménage... sans même prendre aucune mesure réglementaire ou disciplinaire et en minimisant les éventuelles conséquences sanitaires et les violations scandaleuses et permanentes de la réglementation. L'arrêt des transports par train a été adopté par la SNCF et non par l'autorité de sûreté ou le gouvernement. Mais comme l'explique un des inspecteurs de la DSIN : "Les compagnies nucléaires sont suffisamment punies par l'atteinte à leur image due à la couverture médiatique".

Retour au sommaire               Suite
Pour imprimer ce rapport ? Télécharger ce bulletin au format Pdf (758 Ko ).          


Nouvelles !

 

Fin d'une usine de retraitement

Le scandale des transports boulverse l'opinion publique