Spécial Transport - Investigation Plutonium n° 6-7
 

Un point chaud suffit pour atteindre la limite annuelle

En utilisant les facteurs de transfert acceptés au niveau international (3,1 x 10-8 Sv/Bq selon la CIPR-72, adoptée par la Commission Internationale de Protection Radiologique en septembre 1995) l'inhalation par un adulte de particules de cobalt-60 d'une taille moyenne d'un micron et ayant une activité de 10.000 Bq, provoque, en cas d'élimination lente, une dose efficace de 0,31 mSv, soit une dose supérieure à la limite d'exposition annuelle pour le public en RFA et un tiers de la limite européenne. Les particules de 10.000 Bq ou plus, essentiellement activées au cobalt ont été trouvées sur des wagons arrivant à Valognes en provenance de centrales allemandes, au moins à cinq reprises en 97-98. Mais rien ne garantit que ces mesures représentent des niveaux de contamination les plus élevés ou exceptionnels à cause du faible taux d'échantillonnage.

Le risque semble plutôt élevé que des personnes aient été exposées à des doses significatives pendant la longue période où les convois contaminés ont traversé les pays. Pire, des particules chaudes se sont répandues dans l'environnement, le long des voies de chemin de fer et des routes, et les gens peuvent être contaminés,aujourd'hui et pendant très longtemps encore...

Le prix NOBEL de la paix 1985 récompense L'IPPNW
Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire.
Carte des transports contaminés ( format Pdf, 90 Ko)           

Retour au sommaire